Tropicae Bioaleam


 

Partagez | 
 

 Laehvärr, tigre ailé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Laehvärr, tigre ailé   Mer 18 Fév - 2:34

» Laehvärr «


Avatar en 200*320
Fiche du Personnage
Surnom: Laehvärr
Race : Tigre ailé
Age: 5 ans
Rang dans la meute/clan : Chef de guerre
Rôle dans le camp : N/A

Caractère
Caractère général : Malgré son rang élevé, Lahvärr est un grand solitaire dans l’âme, et il passe la majorité de son temps seul. Il est plutôt calme, silencieux, pas très bavard, et quand il parle généralement c’est d’un ton posé et sa remarque est censée. Ce qui ne veut pas dire qu’il est incapable de discuter de tout et de rien, mais même là il a l’air sérieux et calculateur. Plutôt sévère, et ayant un sens de la justice très développé, il est quand même généreux et il aide les autres sans demander quoi que ce soit en échange. Il aime bien les enfants, et il se détend un peu en leur présence, même qu’il sourit! Et il porte un caractère sacré à la vie. Il essaie de l’épargner autant que possible, sous toutes ses formes (oui, même ses ennemis et ceux qu’il n’aime pas pour des raisons personnelles!), ce qui lui fait prôner la diplomatie et l’approche en douceur en général (mais il se battra s’il le faut, même s’il est pas très doué au combat). Il assiste aux conseils de guerre pour conseiller le roi, mais se tient loin de l’entourage noble. Il a grandi dans un endroit isolé, et il se sent mal à l’aise dans la « civilisation ». Il a aussi beaucoup insisté pour ne gérer qu’une unité défensive qui assure la protection du territoire : il veut bien protéger la vie, en prenant celles des ennemis si nécessaire, mais il ne portera pas la guerre chez eux.

Qualités: Généreux, intelligent, relativement sage, patient. Laehvärr est de compagnie agréable, et il sait avoir des discussions intelligentes. Tant qu’on se montre amical, il l’est aussi, et il ne juge personne.

Défauts: Légèrement intolérant aux mauvais comportements, au comportements hyperactif, au bruit, mets du temps à réfléchir, ne parle que très peu s’il juge que ce n’est pas important. Laehvärr est de bonne compagnie, oui, si on l’est aussi. Il ne supporte pas la méchanceté et la cruauté, et il peut lui-même devenir méchant si on en fait preuve. Il ne parle pas beaucoup de sujets trop personnels, et il risque de devenir froid si on enquête trop sur lui et sur ses actions. À cause de son métabolisme ralentit, il peut mettre du temps à répondre, surtout qu’il est axé à la réflexion, et il du coup être en présence de quelqu’un qui est pressé l’énerve.

Aime: Laehvärr aime plus de choses qu’on pourrait le penser. Il aime l’eau, la nature, la solitude, chasser et la compagnie privée. Il aime avoir des conversations intelligentes et il adore les enfants.

Déteste: Les foules, la violence en général (il est chef de guerre par devoir, non par goût), les débordements d’émotions, ceux qui sont trop curieux, l’impolitesse, devoir se battre et les surprises. Oh dieu ce qu’il déteste les surprises!

Full body:
 

Physique
Physique général : Le tigre est relativement grand. S’il se tenait sur deux pattes, il ferait environ 2 mètres de haut. Ses ailes, quant à elles, ont une envergure de 3 mètres. Sa fourrure, d’un blanc pur, renvoie les reflets de la lune en une teinte argentée, lorsque cette dernière est pleine. Parsemée de rayures noires, elle est épaisse et soyeuse. Ses oreilles, bien que les pointes soit rondes, sont un peu plus ovales, pour mieux percevoir les bruits. Musculeux, son corps est toutefois plus bâti pour l’endurance que la force, ses ailes étant son véritable atout. Ses griffes, acérées et rétractables, ne sont pas très longues, et ses crocs non plus. Sa mâchoire est faite pour transporter ses proies, amener leur corps en lieu sûr et prendre son temps pour manger. Ses ailes, au contraire de plusieurs de ses semblables, ne sont pas immaculées. D’une base blanche, la pointe de chacune des plumes est noire, se prolongeant légèrement au milieu de la plume et sur les bords. Et ses yeux sont bleus, d’un bleu aussi profond que le bleu d’un saphir.  Seules parties réellement colorées de son corps, autre les yeux, ses coussinets, sa langue et l’intérieur de ses oreilles sont d’un rose pâle, discret.

Type de la mutation : Importante

Description de la mutation : Fourrure blanche argenté, yeux bleus saphir, ailes. Ses ailes sont capable de le porter, néanmoins elles le ralentissent grandement lors de la course, et elles diminuent son agilité et sa souplesse au sol. Ses réflèxes et ses pensées sont aussi retardées par son métabolisme ralenti, et il a besoin de plus de sommeil. Par contre il a besoin de se nourrir moins souvent.

Race
Description de l’île où elle vit: L’île est composée presque uniquement de montagnes. Ces dernières sont recouvertes de forêt au nord de l’île et de jungle au sud, mais très peu. Il y a trois lacs, un dans la forêt, un dans la jungle, et un à l’est, dans une vallée ou très peu de végétation pousse. Des sources et des ruisseaux assurent le renouvellement de l’eau, la plupart partant des sommets enneigés des montagnes les plus hautes, au nord. De nombreuse cavernes et grottes sont creusées, naturellement ou non, dans les montagnes, mais il n’y a aucun réseau vraiment, ce sont toutes des grottes individuelles. Certaines abritent des animaux, les plus basses hébergeant des animaux plus communs, surtout près de la forêt et de la jungle. Les plus hautes abritant des tigres ailés, les maîtres de cet endroit, qui se nourrissent des animaux plus bas.

Histoire de cette variante: Cette variante de tigre a grandement muté, principalement à cause de la difficulté de survivre sur cette île, et du peu de vie qui s’y est développé. Ils ont d’abord migré vers les hauteurs, pour se protéger des plus gros prédateurs et des animaux plus dangereux. Leur fourrure a rapidement pâli, le gène blanc devenant prédominant, car l’orange était trop voyant sur le gris pâle de la roche des montagnes. Leurs yeux sont aussi presque tous devenu bleu. Les yeux bleus sont plus sensibles à la lumière, et permet donc de repérer encore plus facilement les proies. Ceux qui n’ont pas les yeux bleus les ont gris, pour la plupart. Finalement, ils ont développé des ailes. À cause des difficultés du terrain. Il est beaucoup plus facile de se mouvoir et des chasser grâce à ces ailes. Ils sont devenus, tels les faucons, des prédateurs qui fondent sur leur proie par les airs. Puisqu’ils doivent tout de même se mouvoir en terrain montagneux, leurs pattes sont restées puissantes. Leurs ailes, qui doivent être grandes pour porter un tel poids, sont néanmoins très encombrantes et limitent grandement leur souplesse et leur agilité au sol. Elles les ralentissent aussi à la course. Ils ont aussi hérité d’un métabolisme lent, ralenti en général, un autre aspect de leur survie. Ils ont besoin de manger moins souvent, et peuvent vivre plus longtemps. Cependant, leurs ailes mettent beaucoup de temps à pousser, et ils sont vulnérables et doivent être pris en charge plus longtemps, car ils ne peuvent se nourrir eux-mêmes ou même simplement se déplacer. Ils ont besoin de plus de sommeil aussi, environ 20 heures toutes les 48 heures, et les femelles ne peuvent avoir qu’un seul enfant à la fois, qui met plus de temps à naître.

Fonctionnement en société: Ces tigres ailés vivent surtout en famille. Ils ont leur grotte, où ils élèvent leurs petits, jusqu’à ce que ces derniers soient assez grands pour partir et se trouver leur propre grotte. Ils sont très solitaires, et ne s’attachent en général qu’à leur compagne, ou leur compagnon, avec lequel ils vivent loyalement, jusqu’à la mort. Il y a cependant parfois des petits clans qui se forment, plusieurs tigres ayant élus domiciles dans des grottes très près les unes des autres. Il n’y a pas de rivalité, ils s’entraident lorsqu’ils croisent un autre membre de leur race, mais ils ne cherchent pas la compagnie plus que ça. Ils l’acceptent si elle se présente, c’est tout. Les parents sont très protecteurs, et la famille est très importante pour eux. La plupart des petits clans se forment d’ailleurs parce que les enfants ne veulent pas s’éloigner. Quand il y a des conflits, ils en discutent et trouvent un compromis, car cela fait très longtemps qu’ils ont compris qu’ils ne sont pas assez nombreux pour se permettre de s’entretuer.

Caractéristiques physiques communes de la race: Les tigres ailés de cette île ont tous la fourrure blanche, et il est très, très rare d’en voir un orange. Ils ont aussi tous les yeux bleus, ou gris. Leurs ailes, semblables à celles d’un faucon, sont blanches, mais il arrive parfois qu’il y ait des points noirs parsemés dessus. Pour le reste, ils sont comme des tigres normaux.

Cycle de vie: Gestation : 3 saisons. Formation : 2 saisons. Maturation : 2 ans. Espérance de vie : 10 ans.

Histoire
2 ans et 6 mois : Avec un sourire, le grand mâle se leva aussi discrètement que possible. Relativement difficile puisque sa compagne dormait contre lui toutes les nuits. Il aimait bien ça, savoir sa femelle près de lui, sentir son ventre chaud et plein de petits… Deux saisons déjà. Plus qu’une et il serait père. Il était grand temps! Mais sa compagne était bien plus jeune que lui, et il avait dû attendre, car elle n’était pas encore apte à avoir des petits. Dès ses premières chaleurs, par contre, il avait décidé qu’il avait assez attendu. Il était grand temps de fonder une famille avec celle qu’il aimait plus que tout sur cette île. Et maintenant il prenait soin d’elle du mieux qu’il pouvait. Ce qui impliquait de chasser pour elle. Il n’aimait pas ce moment, puisqu’il la laissait seule, mais ils avaient élu domicile dans une grotte bien en hauteur, qu’il jugeait sécuritaire. De plus, le frère cadet de sa compagne avait élu domicile dans une grotte toute proche, et sans que Laehvärr n’ait eu besoin de lui demander, il veillait sur elle pendant son absence. Le mâle, même s’il venait tout juste d’atteindre les 1 ans et demi, se levait en même temps que lui, et attendait que le compagnon de sa soeur revienne de la chasse pour aller lui-même chasser. Ledit compagnon lui aurait bien rendu la pareille, veillant sur sa femelle, mais il n’en avait pas encore trouvé. Pendant un moment, Laehvärr l’avait soupçonné d’être amoureux de sa propre sœur, ce qui n’était pas si rare que ça au sein de leur race, mais si c’était cas, du moins il n’avait jamais essayé de se reproduire avec elle. L’aîné n’avait donc pas jugé nécessaire de lui faire part de ses appréhensions. Si ça se trouve, ce n’était qu’un frère qui protégeait sa sœur, et qui se méfiait aussi de son compagnon.

Alors qu’il arrivait à l’entré de leur caverne, un son le fit s’arrêter. Un ronronnement. Avec un sourire, il regarda par-dessus son épaule. Bien entendu qu’elle s’était réveillée. Elle le sentait toujours, quand il était près d’elle. Tout comme elle sentait quand il ne l’était pas. Ce n’était pas qu’une question de sens, elle le sentait sincèrement, et tout simplement. Il s’assit pour lui laisser le temps de se lever et de venir se blottir contre lui en lui léchant le cou. Ce fut à son tour de ronronner.

« Mmmmh… Bon matin, Mel’. »

Melahra, un jeune femelle au caractère doux, quand il le fallait, mais qui savait aussi être effrayante quand on la provoquait.

« Tu seras pas trop long, mon amour?
- Bien sûr que non, ma belle. Vahdir est là pour veiller sur toi. »


Elle le savait, bien entendu, mais elle aimait bien se faire rassurer. Et lui il aimait bien qu’elle lui donne cette impression qu’il lui était indispensable. Il ne l’était pas, il le savait, mais c’était flatteur qu’elle fasse semblant. Il la laissa seule après un dernier petit coup de museau affectueux, pour chasser le repas de la journée.

Il revenait avec la carcasse d’un cerf quand il sentit l’odeur du sang, et pas celle de l’animal qu’il avait tué. Il se dépêcha de rentrer (en laissant le cerf derrière) pour tomber nez à nez avec un mâle qu’il n’avait jamais vu. Blessé, haletant, ce dernier se tenait assis près de trois corps… Laehvärr déduisit rapidement que le mâle était le père de Melahra et Vahdir… lesquels gisaient, tous deux sans vie, à ses pattes… avec un inconnu. Le chasseur ferma les yeux pour ne plus les voir.

« Pourquoi…?
- Je n’en sais rien… Il n’est apparenté à aucun tigre que je connaisse. »


Le beau-père de Laehvärr devança ses prochaines questions. Apparemment il avait longuement réfléchit à cette échange. Ça devait faire un bon moment que ça c’était passé, déjà…

« Le rugissement de Vahdir m’a alerté. Je vis sur l’autre montagne, un peu plus loin, et les sons se répercutent bien… Mel’… Mel’ était déjà morte quand je suis arrivé… et mon fils était blessé gravement… Peu importe d’où il venait, ce tigre-là était furieux… Que je sache, jamais Vahdir, et moins encore Mel’, n’avait de raison d’avoir d’ennemis… Et maintenant… que feras-tu?
- Je ne sais pas… Les conflits ne se règlent pas ainsi… Elle… elle était enceinte…
- Je m’y attendais. C’est horrible… Je ne peux que me réjouir que tu sois encore en vie. Tu es mon fils, aussi. »


Se réjouir? S’il avait été là, à eux tous ils auraient pu s’en sortir. Mais personne il avait fallu qu’il chasse, il n’aurait pas pu ne pas le faire. Et il n’aurait pas pu savoir ce qui se serait passé non plus, ce qui s’était passé…

« Non… Je vous suis reconnaissant, mais je crois que j’ai perdu bien plus que vous, car vous avez encore votre compagne, et d’autres enfants. Je sais que Mel’ et Vahd’ était de vos 3e et 4e enfants. Moi j’ai perdu ma compagne, et mon premier petit… Je ne me ferai pas semblant d’avoir encore une famille. Je n’aurai pas d’enfants, je n’aurai plus de compagne. Je resterai sur l’île, mais pas ici. Car ici… ça appartient à Mel’… »

Il attendit, par politesse, le hochement de tête du vieux tigre (oui, vieux, car il devait avoir environ 8 ans maintenant), puis il se détourna et s’en alla en versant une larme silencieuse. De peine, de rage. Il aurait aimé savoir qui était apparenté à celui qui lui avait fait tant de peine, pour leur parler, leur dire ce qui était arrivé, leur raconter sa peine. Il n’aurait tué personne, cela n’aurait servi à rien, et en plus la folie de cet imbécile n’était pas de leur faute…

3 ans et 6 mois : Ses oreilles frémirent à peine à l’approche de l’autre félin. La patte posée sur sa proie, il regarda le lion. Ce dernier le fixait avec des yeux ouverts de surprise. Les ailes, bien sûr… s’il y avait une chose que le félin rayé avait bien comprise, c’était que personne n’est supposé avoir d’aile. Pas les félins en tous cas. Il n’avait pas pu rester sur l’île. Croiser les membres de sa race lui était trop pénible. Il était parti et, en volant, avait traversé la mer, jusqu’au continent. Là, il vivait en solitaire. Il chassait pour se nourrir. Il avait rapidement croisé d’autres félins. On lui avait appris que tout le sud du continent est géré par une monarchie, et majoritairement habité par des félins. Il ne lui avait pas fallu beaucoup de temps pour tout apprendre, les différentes races de félins, les rôles, qui éviter, où ne pas trop se promener pour pas se faire embêter.

« Je suppose que tu es l’un des chasseurs, et que je viens tout juste de te voler ta proie, c’est bien cela?
- Oui, exact… Mais je dois avouer que c’est extraordinaire! Et… des ailes? D’où viens-tu donc?
- De l’ouest… Je te demande pardon. Je te la laisse, si tu veux.
- Me la laisser? N’as-tu donc pas de fierté? Non, elle à toi. Je vais en chasser une autre.
- Je suis certain que tu l’aurais eu toi aussi. Avec mes ailes je peux en trouver une nouvelle plus facilement. Il commence déjà à être tard. Prends celle-là.
- Tu devrais peut-être venir travailler pour nous, alors. Avec tes ailes, tu nous serais pas mal utile. Ce sera mieux que de rester seul, tu seras bien plus en sécurité. »


C’était un fait. Au moins avec les soldats pour le protéger, il n’aurait pas à se trouver un abri en hauteur chaque soir pour dormir (ce qui était son seul avantage, bien entendu… on en revenait toujours aux ailes) et en plus il pourrait rencontrer plus de gens. Il n’était pas trop certain d’apprécier la vie en société, cependant… il avait toujours été relativement seul, avec sa compagne et le frère de cette dernière à portée, au maximum… L’autre ne manqua pas son hésitation.

« Oh aller! Essaie, au moins! Rien ne t’oblige à rester! Bon, tu ne peux pas non plus déserter juste comme ça, mais rien ne t’empêchera de remettre ta démission. En prévenant les bonnes personnes, en quelques jours t’es relâché et tu retournes à ta solitude sans qu’on ne vienne essayer de t’embêter! »

Laehvärr soupira et y réfléchit encore un moment. Bon, ça ne pouvait pas lui faire de mal d’accepter d’essayer. Au moins comme ça il saurait si ça en vaut la peine. Il hocha lentement la tête.

« Montres-moi le chemin, je vais traîner la carcasse. »

4 ans et 4 mois : C’était l’une de ces journées où il restait seul. Chassé pour le bien commun ne lui déplaisait pas, et il s’entendait bien avec l’équipe de chasseur à laquelle il avait été attribué. Mais il n’aimait pas trop le reste… Dès qu’il y avait plus de deux autres félins près de lui, il commençait à se sentir mal. En plus, la majorité du temps on venait le questionner sur ses ailes, sur son île, sur sa vie… il détestait ça. Dès qu’il en avait l’occasion, donc, il s’en allait pour être seul et profiter un peu de la solitude. La seule requête que Arald lui avait faite était de lui dire (à lui seulement et personne d’autre) où il allait, pour qu’il puisse venir le voir en cas de besoin, ou si lui aussi voulait se mettre un peu à l’écart. Arald était un bon ami, et ce depuis le jour où Laehvärr lui avait volé sa prise sans le faire exprès. Le lion s’était bien vengé en le tentant pour qu’il intègre la société féline du sud en tant que chasseur. Mais le tigre ne lui en voulait pas. Tous deux étaient rapidement devenus amis. Arald avait rapidement compris que son ami ailé était du genre taciturne et il s’en accommodait très bien. Il était l’un des seuls dont Laehvärr supportait la présence, et même quand il était seul le tigre était content de pouvoir avoir de sa compagnie. Aussi ne fut-il pas surpris de voir son ami. Il venait souvent le rejoindre. Il fallait bien qu’il y mette un peu d’effort, s’il voulait le guérir de son asocialité, qu’il disait en blague. C’est en voyant son air grave que le tigre perdit son sourire. Que se passait-il donc?

« Le… Le roi t’a fait demander… Il a fait le déplacement pour venir te voir en personne. Il tient à faire ta connaissance. Il a entendu parler de toi. »

Laehvärr savait que ses ailes allait attirer l’attention, mais au point que le monarque en personne fasse en personne le déplacement pour le rencontrer et simplement admirer ses ailes? Il devait forcément y avoir une autre raison. Aussi se contenta-t-il de suivre son ami jusqu’à l’endroit où le roi avait décidé qu’ils se rencontreraient. Sa garde personnelle s’assurait que personne ne vienne les déranger, qu’ils soient seuls. Arald ne fut pas admis, et il dû rebrousser chemin avec une mine dépitée. Il n’aurait pas l’occasion de se vanter d’avoir recruté ce tigre si étrange dont on parlait jusqu’aux oreilles des plus haut placés. En ayant assez appris sur les nobles de ce monde qui n’était pas le sien, Laehvärr s’assit près du roi (mais pas trop) et attendit qu’il ne daigne lui adresser la parole, étendant une aile quand le regard du monarque s’y porta pour le laisser contempler.

« Elles sont jolies. Et certainement pratique pour la chasse. Tu viens d’une île, à ce qu’on raconte. Ça doit faire longtemps que les tiens y vivent. Tu as plus de quatre ans? Pourtant tu ne m’as pas l’air vieux. »

Le silence s’installa. C’était à lui de parler, donc… mais que dire? Il ne pouvait pas vraiment se montrer grognon ou énervé, pas devant le roi… Bien, alors il répondrait.

« Je vous remercie pour le compliment. Je suis en effet jeune. Mes semblables peuvent vivre jusqu’à 10 ans. Cela n’a pas que des avantages, je vous l’assure. »

Silence à nouveau. Le roi semblait réfléchir à ce qu’il venait de dire. Laehvärr s’y était attendu. Un roi ne doit pas être trop stupide, n’est-ce pas? Il comprendrait qu’il ne veut pas parler de lui ou de ses origines à son omission volontaire de ne pas parler de l’île. En fait il n’aurait pas parlé de son espérance de vie non plus, mais le monarque avait semblé trouver important ce détail. Si cela pouvait l’aider à se livrer à quelque sombre calcul, alors…

« J’ai entendu dire que toi et ton équipe chassez en groupe. Avec une efficacité particulière. »

Ah… Bien sûr le roi savait que c’était Laehvärr qui dirigeait les opérations, et il auvait certainement vérifié ses sources. Essayer de lui faire croire le contraire servirait à rien, sinon l’énerver.

« J’accepte les suggestions des autres si elles sont intelligentes.
- En font-ils?
- Rarement… »


Un autre silence. Cette fois, Laehvärr détourna le regard, fixant quelque chose à sa gauche. Uniquement pour ne pas regarder le monarque, ne pas voir son regard.

« As-tu déjà fait la guerre?
- Jamais, euh… mon roi… Les membres de mon espèce sont peu nombreux. Nous réglons nos conflits par la diplomatie autant que possible.
- Pourtant vous utilisez, toi et tes chasseurs, des tactiques qui pourraient servir sur un champ de bataille.
- Je suis observateur, et si vous me le permettez, j’irai jusqu’à dire aussi que j’ai une certaine intelligence.
- Oui, je le constate bien. J’aimerais discuter avec toi. »


Ils parlèrent pendant des heures, de divers sujets. Laehvärr eut pour la première fois depuis très longtemps une discussion qu’il trouva intéressante. Il en avait eu une ou deux avec Arald, mais le chasseur, sans être stupide, n’appréciait pas les jeux de l’esprit, et ça paraissait. Le roi, lui, aimait cela visiblement autant que le tigre ailé, et ils jouèrent, tout en parlant, mesurant l’intelligence l’un de l’autre. Le monarque était clairement bien plus intelligent, et il piéga plusieurs fois Laehvärr, qui n’eut d’autre choix que de parler d’où il venait, au bout d’un moment. C’est là que le roi l’arrêta.

« Tu ne veux pas en parler, je le vois bien. Alors gardes le pour toi. J’en ai assez entendu. Tu sais je n’ai pas eu de discussion intéressante depuis un moment. Les seuls qui me parlent vraiment sont mes conseillers et mes proches. Et mes conseillers, s’ils sont tous capable d’avoir des conversations aussi intéressantes que cela, passe tout leur temps à me dire ce que je dois faire, comment je dois le faire. Bien entendu, c’est leur rôle. Mais j’aimerais en avoir un dans ton genre.
- Je ne crois pas être fait pour cela, mon roi.
- C’est bien pour cela que je te veux. Je te laisserai vagabonder. Tu es un solitaire, que m’as dit Arald, le chasseur, avant que je l’envoi te chercher. Je te demande simplement d’être présent aux conseils de guerre et de me faire le plaisir d’une discussion raisonnable de temps en temps. Serait-ce donc trop pour toi?
- Je devrai me battre?
- Seulement si tu le veux.
- Et vous me le demandez en tant que monarque?
- Non, ce n’est pas un ordre. Tu as le choix, et il ne portera pas à conséquence.
- Dans ce cas… Je vais essayer, pour vous.
- Non. Pour toi.
- Soit… »


Après s’être incliné, Laehvärr se détourna et partit, sans avoir vraiment demandé la permission. Le ronronnement du roi, à coup sûr délibérément produit, fut son indication que le monarque était content de la tournure de la situation, et si possible de se permettre de le penser, qu’il remerciait le tigre ailé d’avoir choisi d’accepter son offre. Chef de guerre… Le roi avait parlé de conseillé, bien évidemment, mais officiellement, on les appelait des Chefs de guerre. Ce qui voulait dire qu’il devrait mener des troupes… Bien qu’il ne l’ait pas précisé, il sut que le roi avait compris qu’il acceptait à la seule condition de mener une troupe purement défensive. La valeur qu’il accordait à la vie et la hargne du combat qui l’habitait étaient des sujets qui avaient été discutés pendant le jeu d’esprit auquel ils s’étaient livrés.


Derrière l'écran
T'a un p'tit nom ? =') : On me connait sous le nom de Maeya
Combien de printemps ? : 20
Comment nous à tu connu ? : Je connais le fonda ;)
Une p'tite suggestion ou un mot de la fin ? ='P : Non.

Fiche créée par Madouce pour Epicode


Dernière édition par Laehvärr le Sam 23 Mai - 17:49, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 73
Date d'inscription : 08/02/2015
avatar
Loki-Seth
MessageSujet: Re: Laehvärr, tigre ailé   Mer 18 Fév - 11:52

De ce que j'ai lu il n'y à pour l'instant pas d'erreur dans ta fiche.

A l'exception près que j'aimerais que tu utilise le code et les noms des champs du forum s'il te plait ^^

Bonne continuation ;')

EDIT : et aussi la taille du headshot est de 200x320 et t'a fiche doit contenir un spoiler pour le full body ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tropicae-bioaleam.forumactif.org
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: Laehvärr, tigre ailé   Mer 18 Fév - 14:41

Voilà, modifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 73
Date d'inscription : 08/02/2015
avatar
Loki-Seth
MessageSujet: Re: Laehvärr, tigre ailé   Ven 24 Avr - 18:41

Je te valide et te met ta couleur, par contre essaie d'avoir ton image avant de rp s'il te plait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tropicae-bioaleam.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Laehvärr, tigre ailé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Laehvärr, tigre ailé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tropicae Bioaleam :: Partie Générale :: Le livre des survivants :: Validés :: Sud-