Tropicae Bioaleam


 

Partagez | 
 

 Un glowstick vert et un glowstick bleu [Kuraya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 18
Date d'inscription : 30/04/2015
Age : 21
Localisation : A Narnia
avatar
MissHeilig
MessageSujet: Un glowstick vert et un glowstick bleu [Kuraya]   Dim 29 Nov - 16:15

Zee - Solitaire
Frappant le sol avec force, enchainant les grandes foulées, respirant la gueule ouverte, courant à travers le territoire comme jamais, ce n'était pas une simple course, mais une fuite. Voilà maintenant presque dix bonnes minutes qu'il fuyait, essayant d'échapper à ses assaillants. Courant sous la lumière de la lune, il se dirigeait vers le nord. Il commençait à fatiguer, mais ne pouvait s'octroyer une minute de répit. Avec son pelage bioluminescent, il était facilement repérable et il n'y avait rien qui pouvait le cacher pendant un petit moment. Derrière, les grognements et les injures envers lui continuaient. Il avait des félins à ses trousses et heureusement pour lui qu'il n'était pas une expérience ratée de ces humains, sinon il serait entre leurs griffes depuis un petit moment. Comment avait-il fait pour en arriver là ? C'est simple à expliquer et c'était aussi quasiment inévitable.

Après sa rencontre avec un tigre ailé au désert, dont il ne connaissait pas le nom soit dit en passant, il avait rejoint la terre ferme du continent. Il continua son escapade en direction du nord afin de quitter le territoire des félins. Discret, il gambada et vécut une semaine en territoire Sudiste. Prenant soin de ne croiser personne au risque de se faire attaquer, chassant en étant sûr qu'à part sa proie, il n'y avait aucun concurrent. On ne pouvait pas dire que Zee causait un quelconque ennui si ce n'est sa présence. Puis ce soir, il avait fait une connerie. Marchant nonchalamment, sans vraiment faire attention à ce qui l'entourait, il n'avait pas fait gaffe au fait qu'il se dirigeait vers un groupe de félins. Et ce qui devait arriver, arriva. Il croisa ce groupe, passant dans leur dos. Cela aurait pu passer inaperçu s'il n'avait pas fait du bruit en craquant une branche, attirant ainsi leurs attentions. Se retournant et voyant Zee, l'un d'eux l'interpella et le menaça. Sans chercher à comprendre et sans répondre à leurs questions, le loup partit telle une fusée suivit quelques secondes après par le groupe composé d'une dizaine d'ennemis.
Et voilà. Maintenant, il devait continuer de courir pour sauver sa peau. Il n'avait pas essayé de les combattre au risque d'empirer les choses, mais quand un guépard l'avait rattrapé et lui avait barré la route, il n'avait pas cherché une autre solution et avait foncé tête baissée pour finalement bondir sur le tacheté. Voyant qu'une montagne de muscle allait lui atterrir dessus, le guépard avait perdu son assurance et s'était écarté le plus vite possible. Néanmoins, Zee se posa à quelques centimètres et lui claqua la mâchoire au niveau de la queue, emprisonnant celle-ci. Par la suite, le colosse avait basculé sa tête et son corps pour envoyer l'autre dans les airs le projetant contre un tigre. En quelques secondes, il avait aggravé son cas.

Son périple toucha presque à sa fin quand il entendit l'un d'eux dire qu'il allait bientôt pénétrer en territoire Centraux. Il tira dans ses derniers retranchements et essaya d'ignorer la fatigue. Le territoire commença à changer pour quelque chose de plus dense. Quelques minutes plus tard, il bondit par-dessus un tronc d'arbre et chuta en trébuchant dans une liane. Il se redressa et regarda en arrière, mais rien ne vint. Il s'approcha alors et monta sur l'obstacle précédemment franchi. Essoufflé, il regarda les félins s'étant arrêtés net à quelques mètres de lui. L'un d'eux pesta, lui disant qu'il avait de la chance. Il comprit alors qu'il venait vraisemblablement de franchir le territoire des loups et ses babines s'étirèrent en un grand sourire moqueur. Il rigola tant bien que mal et envoya en leur attention :

- Et bien on dirait que j'ai gagné, comment j'vous ais dosé !
- Fait le malin... La prochaine fois qu'on te voit on t’étripe !
- Il me semble que c'est c'que vous vouliez faire et pourtant suis toujours là. Ciao les minables...
Puis il descendit du tronc et marcha fièrement dans ce nouveau lieu sous les injures et hurlement de colère des autres.

Même s'il fanfaronnait un peu, il savait qu'il avait eu chaud aux fesses. Les territoires du Sud étaient fortement à éviter. Il avait eu de la chance sur ce coup. A présent, il avança sereinement dans cette jungle, prenant le temps de reprendre son souffle. Ici, les rayons de lune avaient du mal à passer vu la densité de cette forêt, mais cela ne le gênait guère. Après tout, il avait une vision nocturne de plus, il avait son pelage pour voir davantage. Bien qu'il illuminât les alentours d'un vert fluorescent, la composition des lieux le rendait moins visible qu'ailleurs et c'était plutôt une bonne chose. Il n'avait pas envie de se confronter à des Centraux après ce qu'il venait de lui arriver. Après environ un quart d'heure, il s'était finalement posé au pied d'un énorme arbre, il aperçut une lumière bleue. Cela l'intrigua. Il pensa à un groupe d'insectes bioluminescent, il savait que ça existait comme les vers luisants, et ne bougea pas, observant cette lumière arriver en sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://licorneor.deviantart.com/
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: Un glowstick vert et un glowstick bleu [Kuraya]   Mar 1 Déc - 3:39

Kuraya

Un glowstick vert et un glowstick bleu

Kuraya et Zee



Il n’avait pas eu une bonne journée. Vraiment pas une bonne journée. Et pour être tout à fait honnête il n’en avait un peu rien à faire de la terre qui tremblait à chacun de ses pas lourds d’émotions. Ni de la lumière diffuse que son corps projetait dans la nuit qui l’entourait, teintant d’une lueur bleuté-argenté toutes les feuilles qu’elle touchait. Il se dit à lui-même qu’il allait sûrement réveiller quelqu’un à force de martyriser ainsi la terre et aussi le voile de douces ténèbres qui plongeaient les dormeurs dans les rêves. Il ne savait pas s’il s’en souciait ou non. D’un côté, non, il n’en avait rien à faire, parce qu’il était comme ça et tant pis. Il n’allait pas s’empêcher de vivre juste parce qu’il brillait dans le noir! Mais en même temps, il ne souhaitait pas s’attirer non plus les foudres d’un dormeur innocemment réveillé. Il avait déjà assez bavé ce jour-là…

La journée avait débuté avec les louveteaux qui, pour une raison tout à fait inexplicable, étaient devenus invivables. Ils réclamaient tous son attention en même temps, désirant tous qu’il leur accorde son attention exclusive. Bien entendu, il n’était pas question de le partager, ni d’attendre. Il avait dû supporter crise après crise, ainsi que des bagarres tout sauf amicales entre louveteaux qui voulait obtenir le droit de monopoliser leur peluche géante. Ça s’était poursuivi jusqu’au repas du midi où Kuraya avait décrété qu’il accorderait son attention à tous en même temps, ou pas du tout, et qu’il partirait pour une semaine s’ils n’arrêtaient pas. Menacer les petits ne lui avait pas fait plaisir, loin de là. Mais il en avait plus qu’assez qu’ils crient dans ses oreilles et qu’ils s’entretuent juste pour avoir le droit de pouvoir lui parler seul à seul! Les inconvénients de la célébrité…

Puis, en après-midi, il y avait eu le soldat. Le géant essayait de s’abstenir de dire du mal de ses congénères, mais là… ce soldat était vraiment un imbécile pur! Un imbécile qui était incapable de donner le moindre sens à sa vie sinon en se moquant de ceux qui ne répliquent pas. Et ce jour-là il avait trouvé drôle de venir voir le gardien des enfants et de rire de lui, de l’insulter cruellement et de se mettre en devoir de lui infliger une torture psychologique à la hauteur de sa taille démesurée. Il aurait pu le supporter, si seulement ce connard s’en était tenu à ça. Le problème, c’était que Monsieur le Soldat avait décidé que ce serait une magnifique idée que de viser le point faible de « Madame la nounou aux bijoux un peu trop naturels », c’est-à-dire ses articulations. Un coup bien placé avait suffi à déséquilibrer et le faire tomber, direct sur l’un des petits, qui invectivait le crétin en prenant la défense du géant.

Le petit avait réussi à s’écarter et s’était seulement pris l’aile de Kuraya sur la tronche, laquelle était assez lourde pour le blesser quand même. Il avait fallu beaucoup d’efforts au grand canidé pour ne pas se jeter sur l’impertinent soldat qui faisait tout pour écourter sa vie. Oh, bien sûr, le géant n’était pas un soldat, mais il était prêt à parier que s’il réussissait à toucher une seule fois son adversaire, il ne se relèverait pas. Non, à la place, il avait laissé son regard faire hésiter puis reculer le loup chanceux qui obtenait le droit de continuer à vivre, puis après s’être assuré qu’on s’occupait du louveteau blessé, il s’en était allé pour se dégourdir, se changer les idées, se calmer.

Ce qui n’avait pas marché. La nuit était tombée depuis un moment et il était toujours à pic. Il avait beau prôner la vie et le droit à l’égalité, des crétins comme ça, ça lui donnait quand même des envies de meurtres. Ce qui n’aurait sûrement pas été le cas si le petit n’avait pas été blessé. Le pire… ce qui donnait vraiment envie de vomir à la luciole monstrueusement géante à fourrure de loup, c’était que ce qui avait blessé le petit, même si la faute était imputable à l’idiot de soldat, ça restait cependant son corps à lui. Son corps de géant trop lourd pour un petit loupiot normalement constitué.

Il avait enfin commencé à se sentir plus calme, plus serein, quand il perçut quelque chose, plus loin. Une lueur verte. Étrangement, ça ressemblait beaucoup à sa propre aura, au rayonnement qu’il produisait. La couleur piqua sa curiosité. Même si c’était une masse d’insectes, ça ne serait pas vert. Ce serait plus comme son rayonnement à lui, un beau bleuté. Kuraya ne connaissait rien qui émettait une lueur comme ça. Aussi, oubliant le peu de rancœur qui lui restait pour la remplacer par une insatiable soif de savoir, il s’approcha, le sol vibrant sous sa masse.

Quand il vit enfin la source du rayonnement, il s’arrêta. Ses yeux s’écarquillèrent de surprise. Un loup. Un loup presqu’aussi que lui, mais pas tout à fait, et sans ailes. Un loup noir, d’un vrai noir, pas d’un noir prune comme la luciole-à-poil-géante. Et il avait des marquages, lui aussi, mais pas des rayures, et qui étaient verts. Comme Kuraya, c’étaient les marquages qui illuminaient la nuit. Un autre géant…? Un autre géant qui brillait dans le noir…? Il ne manquait que les ailes, et le courtisan aurait pu croire qu’ils étaient de la même famille… C’était étrange… malaisant… Tout ce qui faisait de lui un être si unique et si original était maintenant dupliqué et le fixait droit dans les yeux. Il approcha un peu plus, lentement, essayant de ne pas trop faire trembler le sol. En tous cas, il était certain de ne pas l’avoir réveillé, c’était déjà un bon début.

« Difficile de passer inaperçu la nuit, quand on est aussi discret qu’une luciole monstrueusement énorme, n’est-ce pas? »

Il offrit un sourire rassurant à son interlocuteur. Il pouvait bien se permettre de plaisanter un peu, non? Ce n’était pas tous les jours qu’il avait l’occasion de croiser une autre lanterne ambulante. Il avait bien fallut qu’il dise quelque chose, de toute façon, et il ne croyait pas que de lui demander s’il se tenait à l’écart pour éviter de déranger ne soit une bonne idée. Voyant que son interlocuteur était allongé, il se dit que ce serait moins intimidant s’il s’allongeait aussi, et donc il le fit, se posant devant le loup vert.

« Je m’appelle Kuraya, et jusqu’à ce jour je croyais dur comme faire être la seule lanterne à pattes sur le territoire. Es-tu un membre de la meute? »

Si ce loup était un solitaire, ça expliquait sûrement pourquoi il ne l’avait jamais croisé. En même temps, le gardien des loupiots n’étaient pas si souvent que cela loin d’eux, ce qui faisait qu’il n’avait pas eu l’occasion de tout visiter, ou de croiser tous les loups de la meute. Il se demandait si ce loup était victime lui aussi des humeurs des autres. Sûrement pas autant que le courtisan, qui avait droit à des sous-entendus pas toujours si sous-entendus quant à sa fonction dans la meute… ou son sexe… Mais une lanterne qui empêche les autres de dormir, ça reste une gêne qu’on ne s’embarrasse pas de déclarer haut et fort… Là encore, si ce loup était un solitaire, c’était sûrement différent pour lui.
© Maeya Fleur de Neige


_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 73
Date d'inscription : 08/02/2015
avatar
Loki-Seth
MessageSujet: Re: Un glowstick vert et un glowstick bleu [Kuraya]   Mar 29 Déc - 11:44

UP, c'est à toi Lic ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tropicae-bioaleam.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un glowstick vert et un glowstick bleu [Kuraya]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un glowstick vert et un glowstick bleu [Kuraya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ecran bleu
» [résolu]Ecran bleu durant un scan malwarebyte's
» Ecran tout bleu
» Challenge espace vert - ArchiMars - SketchUp Vray Photoshop
» Thèmes : HILARY DUFF bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tropicae Bioaleam :: Partie Jeu de rôle :: Terre Centrale :: La jungle-