Tropicae Bioaleam


 

Partagez | 
 

 L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Ven 27 Nov - 22:57

Kuraya

L'oiseau et le plumeau-lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Les pas du grand loup faisaient trembler la terre à chaque fois que ses pattes entraient en contact avec. Ce n’était pourtant pas de sa faute, il faisait de son mieux pour être discret, mais la discrétion était un concept totalement étranger à son corps. Peu de souplesse, un poids qui empêchait toute légèreté, et une incapacité flagrante à calculer avec efficacité les mouvements de balourd de ces fichues pattes énormes. Le géant ne s’en faisait pourtant pas. Un géant, ça fait trembler la terre quand ça marche, non? C’était tout à fait normal. De toute façon, les enfants aimaient ça. Les enfants… il n’y avait bien qu’eux pour se réjouir de tous ces petits malheurs qui ne causaient qu’inconvénients aux autres. Il ne fallait pas se demander pourquoi le canidé ailé passait tout son temps avec les louveteaux! Eux seuls étaient heureux à son approche! Ils trouvaient ça rigolo que la terre tremble.

Ce jour-là, cependant, il ne se trouvait pas avec les petits. Il avait bien droit à une pause de temps en temps, quand même! Il était donc parti se dégourdir les pattes dans la jungle. Il aimait se promener et admirer toutes les merveilles qui s’offraient à lui. Parfois il aimait bien courir, aussi, et il se permit de faire une petite course jusqu’à un ruisseau où il se désaltéra. Il pensa avec le sourire que si quelqu’un se trouvait dans les parages pendant sa course, il s’était sûrement demandé ce qui pouvait bien se passer. Les petits jouaient souvent « au tremblement de terre » et ils faisaient semblant que les arbres allaient leur tomber dessus, quand Kuraya courait près d’eux. Après avoir bu, le mastodonte fit jouer un peu les articulations de ses pattes en faisant une grimace. Il aimait bien courir, mais ce n’était pas toujours agréable après. En plus il faisait un peu humide ce jour-là…

Il se remit en route après sa petite pause étirements, en quête de tout et de rien. Il fut heureux en entrant dans la petite clairière, car l’espace lui permettrait de dégourdir un peu ses ailes! En les étirant, il les fit battre un peu, juste pour qu’elles bougent. C’était quand même ennuyeux parfois : avoir des ailes qui ne servent à rien sinon à s’engourdir ou a élancer quand il ne les faisait pas assez bouger. Quand il jouait avec les petits, il n’y avait pas de problème pour ça, mais quand il était seul à se promener, il avait un peu l’occasion de les faire bouger. Ce n’est que pendant le mouvement, quand il ouvrit les yeux après quelques secondes de délectation à remuer la queue joyeusement, qu’il vit qu’il n’était pas seul.

Mais ce n’était pas tout! L’autre avait lui aussi des ailes! Un large sourire étira ses lèvres, trahissant sa joie. C’était la première fois qu’il croisait un loup ailé comme lui! Ledit loup était noir, mais avait des ailes blanches. Comme c’était rigolo, il lui manquait qu’un peu de violet et il pourrait passer pour un membre de la famille! Un membre de la famille tout à fait normalement proportionné… En espérant que sa masse et le timbre grave de sa voix ne seraient pas trop imposant pour lui, le courtisan pris la parole et lança joyeusement à son vis-à-vis :

« Bonjour! C’est une belle journée pour se dégourdir un peu les pattes, n’est-ce pas? »

Il avait envie de parler à ce loup ailé, qui semblait surtout surpris, mais aussi gentil. En tous cas, il n’avait aucune lueur de malice dans le regard, et puis Kuraya était gentil avec tout le monde, alors bon… Après son apostrophe enjouée, il se permit de faire quelques pas dans sa direction, faisant vibrer le sol un peu plus sous la rudesse involontaire de ses mouvements maintenant fébriles. De même, sa queue n’arrêta pas un instant de battre l’air pour montrer qu’il était d’humeur joyeuse. Il ne lui fallait pas grand-chose pour être joyeux, et il avait parfois l’air d’un enfant lui-même. Mais à force de passer ses journées avec les petits, le géant avait développé un cœur d’enfant. De grand enfant, énorme enfant!

D’ailleurs, il ne constata qu’en s’approchant que ce n’était pas une clairière ordinaire! En effet, au sommet de ce qui semblait être une petite colline s’élevait une sorte de… euh… montagne? En tous cas c’était en pierre, et ça ressemblait à une montagne, même si c’était drôlement carré, et que ça faisait comme des étages. Ce truc était bizarre. Comme si de rien était, il poursuivit sur le même ton qu’il prendrait avec un ami.

« Dis, tu saurais pas ce qu’est ce truc, là-haut? Ça a l’air très bizarre. »
© Maeya Fleur de Neige

_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 28 Nov - 1:00





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




Toshi marchait depuis un moment, cherchant à quitter le Centre. Il finit par atterir dans une clairière, on pouvait entendre un rouge-gorge chanter. La luminosité était magnifique, la clairière en elle-même était belle. Le loup noir s'avança. Il vit quelque chose bouger dans l'herbe et s'en approcha.

Un lapin remuait dans tous les sens, la patte tordue. Le loup ailé sourit pour essayer de le rassurer un minimum.

"Calme-toi, je suis soigneur, je vais t'aider."

L'animal se calma comme par miracle. Toshi massa la patte du rongeur avec la sienne, doucement, délicatement. Petit à petit, il réussi à redonner son état d'origine au membre de la petite créature qui se sauva en courant.

Le canidé sourit, et fut prit d'une nouvelle quinte de toux, violente mais pas au point de lui faire cracher du sang.

Le sol trembla un peu et une voix grave l'interpela.

"Bonjour! C’est une belle journée pour se dégourdir un peu les pattes, n’est-ce pas ?"

Le loup se retourna pour voir son vis-à-vis. Il était énorme, noir, avec des rayures violettes et des ailes. Toshi sourit instantanément.

"Bonjour ! En effet, c'est une belle journée pour se promener."

Même si là n'était pas mon intention...

Le loup garda cette réflexion pour lui.

"Dis, tu saurais pas ce qu’est ce truc, là-haut? Ça a l’air très bizarre."

Le ton de l'autre était amical, Toshi se retourna pour voir la chose étrange dont parlait le loup... Il haussa les épaules et répondit en souriant :

"Je n'en sait absolument rien."

Le ton du loup noir était aimable et joyeux, comme à son habitude.



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 28 Nov - 13:54

Kuraya

L'oiseau et le plumeau-lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Il était presque arrivé à une distance respectable mais plus pratique de l’autre loup ailé, le tout sans cesser de fixer cette étrange structure, pas si loin. Il se demandait vraiment ce que ce pouvait être, et bien qu’il soit plus curieux encore au sujet de son interlocuteur dont la voix douce était agréable à entendre, il se dit que ça ne ferait pas de mal d’aller s’y promener un peu.

« Je n’en sais absolument rien. »

Bien que la phrase prononcée soit négative, le ton, lui était positif. Aimable, amical, le ton qu’on prend en présence d’un ami. Ce constat fit sourire le géant qui, enfin arrivé à une distance raisonnable, s’assit au sol et offrit un sourire joyeux en remuant la queue. Il se demanda si de le voir ainsi, de si près, pouvait être intimidant pour ce loup, ou s’il se sentait en sécurité, rassuré par l’attitude amicale du géant. Constatant l’absence de méfiance qu’il avait sentie dans la voix, il opta plutôt pour la deuxième réponse, et en fut soulagé. C’était si pénible, parfois, quand le loup avec qui il parlait se méfiait de tout ce qu’il disait, simplement parce qu’il était gros! C’était quand même pas sa faute! Content de ne pas être jugé, il décida donc d’engager la discussion. Enfin… de poursuivre la discussion déjà engagée.

« Je m’appelle Kuraya, et je te demande pardon si je fais un peu trembler le sol, je fais pas exprès. Je suis né comme ça, géant. Tu sais, c’est la première fois que je rencontre un autre loup ailé, je pensais bien être le seul! Tu es un loup de ma meute? Je passe tellement de temps dans mon coin, avec les louveteaux, que je ne sais même pas qui est de ma meute ou pas. Mais après tout, je m’en fiche un peu : tous les loups sont des amis! On est de la même race, alors pourquoi se taper dessus? »

Sans perdre son sourire amical, il détailla un peu plus le loup devant lui. Non, il ne devait pas être de sa meute. S’il y avait un loup ailé qui lui ressemble dans la meute, il l’aurait certainement su! En plus qu’il ne passait pas vraiment inaperçu, donc l’autre l’aurait su avant lui! Et vu son air amical, il serait sûrement venu le voir! Alors non, il ne devait pas être de sa meute… mais ça ne changeait rien. Il croyait ce qu’il avait dit : tous les loups devraient être alliés, et amis, peu importe leur origine!
© Maeya Fleur de Neige

_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya


Dernière édition par Laehvärr le Sam 19 Déc - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 28 Nov - 18:42





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




Le loup noir sourit aux paroles du géant. Toshi n'avait aucune raison de s'inquièter, même si l'autre était hostile, ce qui ne semblait pas être le cas. Le loup aux yeux turquoise était mourrant, alors inutile de s'inquièter.
Le loup regarda la structure avec attention, penchant la tête sur le côté.

C'est vrai que ce truc est intriguant...

Le loup noir reporta son attention sur Kuraya, avec un grand sourire.

"Enchanté Kuraya. Je suis Toshizo Hijikata, mais appelle moi Toshi. Et ne t'excuses pas, si on pouvait choisir ce genre de choses, la vie n'aurait plus aucun sens, on s'ennuierait. Tu es comme tu es, sois en fier. Comme tu le vois, tu n'es pas le seul loup ailé, on est juste rares. Je suppose vu ton odeur que tu fais partie du Centre. Pour ma part, je n'appartiens à aucune meute. Et je suis d'accord avec toi, d'ailleurs, il n'y a pas que les loups qui devraient vivre en paix, mais toutes les créatures de ce monde. Chaque vie est précieuse, quelque soit son origine : féline, canine, humaine ou autre."

Toshi gardait toujours cette manière de penser. Lui-même traitait chaque créature de la même manière, les soignant toutes, quelque soit leur race. Il se fichait complètement des règles de territoires ou autres qu'il trouvait plus débiles les une que les autres.

"Tu passes beaucoup de temps avec les louveteaux ? Ils doivent t'apprécier, l'avantage des enfants c'est qu'ils sont les seuls à ne pas te juger dès le premier regard."

Quand Toshi entrait provisoirement dans une meute ou un clan, il adorait passer du temps avec les enfants, les voir jouer avec ses ailes ou lui mordre les oreilles.



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Jeu 3 Déc - 19:19

Kuraya

L'oiseau et le plumeau lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Kuraya écouta attentivement ce que lui disait son interlocuteur. Hijikata Toshizo? C’était un nom si long! Étrangement, ce nom avait des consonances avec le sien. On aurait dit qu’ils venaient tout deux du même endroit. Le géant savait que sa mère avait été solitaire, et ailée! Peut-être qu’elle était de la famille de Toshi? Peut-être, en fait, qu’ils étaient cousins, ou un truc du genre? Ce serait sympa, d’avoir de la famille… Il faudrait qu’il aborde le sujet, plus tard. Il eut un sourire quand le plus petit canidé lui dit de ne pas s’excuser. C’était tellement rendu une habitude maintenant… tout le monde le blâmait pour sa taille démesurée, laquelle il n’avait en effet pas choisie! Il était content de croiser ce loup, ailé aussi, et gentil. Il savait déjà qu’ils étaient rares, et il ne fut pas troublé d’apprendre que l’autre était un solitaire. Comme sa mère l’avait été…

La suite, cependant… il se sentit un peu mal à l’aise. Il croyait que tous les loups étaient égaux, oui, mais il ne croyait pas vraiment que la cohabitation avec les félins soit possible. Pas que les félins ne méritent pas de vivre, mais il ne les appréciait pas vraiment… il savait que c’était réciproque d’ailleurs. Il n’était pas certain de pouvoir leur vouloir du bien, il ne ressentait aucune appartenance à leur égard. Il comprenait bien la façon de penser de son interlocuteur, mais il ne pensait pas vraiment réussir à l’appliquer. Il ne le confronterait pas inutilement à ce sujet, cependant. Il fut d’ailleurs soulagé que Toshi change de sujet. Les enfants. Son sujet préféré. Juste d’en entendre parler, sa queue remuait joyeusement!

« Oh oui! Je passe presque tout mon temps avec eux! Ils sont les seuls a vraiment m’accepter comme je suis… Ils sont si mignons! Quand ils jouet à m’escalader, ou  qu’ils essaient de se cacher dans mes ailes, ou de rester accrocher le plus longtemps possible à ma queue. Ils sont si gentils et si pleins d’énergie! Je les adore. C’est pas pour rien que je suis leur gardien attitré, même si ça déplait à certains et que la majorité ne se retiennent pas de faire des blagues salaces de mauvais goût à mon sujet. Et je crois bien qu’ils m’apprécient, oui. Ils aiment ça d’Avoir une peluche géante à leur disposition la presque totalité du temps. »

Penser aux enfants le mettait toujours de bonne humeur, et il fit quelques pas en trottinant vers l’étrange structure en haut de la colline. Toujours souriant, avec un ton enjoué, il lança :

« Tu viens? On va aller regarder ça de plus près! »

Il se sentait vraiment à l’aise avec ce loup ailé. Mis à part le petit malaise d’un peu plus tôt, il le sentait bien. Il était gentil, il avait de bonnes valeurs, il se montrait amical et il aimait les enfants! Le géant n’était pas dupe, il savait bien que ça ne suffisait pas à faire de lui un ami, mais s’il ne le traitait pas comme un ami, il ne lui laissait pas la chance d’en devenir un! Et pour être tout à fait honnête, il avait bien envie d’avoir un ami qui n’ait pas que quelques mois avec une chance sur deux de se retourner contre lui en vieillissant… Il voulait un ami stable à qui il pouvait se confier (parce que les enfants ne sont pas vraiment les meilleurs confidents…) au lieu d’aller marcher, tout seul, pour passer ses frustrations quand il en avait. Explorer ensemble ce truc en pierre serait un bon moment pour discuter, interagir et développer un lien. Il espérait vraiment que ça pourrait marcher.
© Maeya Fleur de Neige

_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya


Dernière édition par Laehvärr le Sam 19 Déc - 16:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 12 Déc - 16:15





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




"Oh oui! Je passe presque tout mon temps avec eux! Ils sont les seuls a vraiment m’accepter comme je suis… Ils sont si mignons! Quand ils jouet à m’escalader, ou qu’ils essaient de se cacher dans mes ailes, ou de rester accrocher le plus longtemps possible à ma queue. Ils sont si gentils et si pleins d’énergie! Je les adore. C’est pas pour rien que je suis leur gardien attitré, même si ça déplait à certains et que la majorité ne se retiennent pas de faire des blagues salaces de mauvais goût à mon sujet. Et je crois bien qu’ils m’apprécient, oui. Ils aiment ça d’Avoir une peluche géante à leur disposition la presque totalité du temps"

Toshi eut un rire léger. Entendre quelqu'un parler ainsi des enfants, ça lui réchauffait le coeur. Il n'y avait pas beaucoup de créatures qui en parlaient avec autant de passion.

Toujours avec un sourire, le loup aux yeux turquoise répliqua.

"Quand je m'intègre temporairement à une communauté, après avoir soigné les malades et les vieillards, les enfants sont les premiers auxquels je me mélange. Ils sont un peu brutaux au premier abord, mais il suffit de leur dire d'y aller doucement et ils sont plus tendre que des agneaux. Je crois que c'est ce que je regrette vraiment dans ma condition de solitaire, mais même pour cela, je ne rejoindrai jamais de meute ou communauté."

Beaucoup de groupes, pour ses talents de guérisseurs avaient demandé à Toshizo de les rejoindre définitivement, mais à chaque fois, le loup avait refusé. Il ne voulait pas de ça, d'une amitié qui au fil du temps deviendrait une rivalité. Pour lui c'était ça vivre en groupe, c'était une prison.

Il vit Kuraya se lever vers la chose étrange.

"Tu viens? On va aller regarder ça de plus près !"

Le loup noir eut une expression douce, son sourire et son regard le furent tout autant. Ce géant ressemblait à un enfant à sa manière. Toshi se leva, difficilement, sentant ses poumons le faire souffrir, mais il cacha sa douleur.

Je ne peux pas montrer ma faiblesse, à personne... Sinon soit on m'achèvera, soit on m'obligera à me reposer jusqu'à ce que mort s'en suive, et je ne pourrais plus sauver personne.

Aider les autres, les guérir, les sauver, c'était la raison d'être de Toshi, il refusait d'abandonner. Jusqu'à son dernier souffle, il continuerait ce que son "père" et lui avaient commencé. Il sourit à nouveau au géant.

"Passe devant, je te suis."



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 19 Déc - 16:12

Kuraya

L'oiseau et le plumeau-lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Le grand géant approuvait à cent pour cent les dires de son interlocuteur. Les enfants, ils étaient mignons et gentils et ça faisait vraiment du bien d’être avec eux, même si ça semblait déteindre un peu sur lui et sur sa manière de se comporter. Il était toujours avec des enfants, de toute façon, alors où était le mal là-dedans? Il trouva aussi intéressant de noter que le solitaire était guérisseur. En plus d’un confident, il se faisait un ami capable de le guérir! Décidément il avait beaucoup de chance ce jour-là. C’était dommage qu’il refuse dur comme fer de rejoindre une meute. Kuraya comprenait très bien le point de Toshi, mais encore une fois, il n’était pas certain de pouvoir l’appliquer. Avoir un lieu d’appartenance, une famille et une protection, même si cette famille se foutait un peu de sa gueule, c’était important pour lui. Il serait angoissé d’être vraiment seul… Et ç’aurait été sympa que le seul loup qui ne soit pas un enfant à le traiter comme un égal (enfin, le seul loup mâle, puisque certaines nourrices l’aimaient bien, mais ce n’était pas pareil) fasse partie de cette famille, justement… Mais bon, pas grave. Aussi bien se contenter de ce qu’il avait. C’était déjà très bien de tomber sur ce Toshi et de passer un peu de temps avec lui, alors il n’allait pas non plus lui demander la lune!

« Passe devant, je te suis. »

Un large sourire étira les babines du canidé pourpre qui se mit en route, gravissant lentement de ses pas lourds l’inclinaison de la colline. Il dut réprimer un frisson à la douleur qui se propagea lentement le long de ses articulations. Explorer et se mettre en mouvement n’avait peut-être pas été sa meilleure idée… mais après tout, il vivait ça au quotidien, la douleur, alors il était quand même habitué. Et puis pour passer du temps avec un ami potentiel, ça en valait largement la peine. En plus, Toshi était guérisseur, non? Alors peut-être qu’il pourrait lui donner un petit quelque chose pour l’aider avec sa douleur. Mais ça, le géant attendrait un peu avant de lui demander. Il ne voulait pas le déranger inutilement avec un petit problème d’arthrite.

« Est-ce que tu as déjà vu un truc comme celui-là? Moi non, c’est la première fois. C’est tout fait en pierre! Et les pierres sont toutes bien droites, comme si on les avaient découpées pour être toutes identiques! Juste d’imaginer qui a pu faire ça me fait froid dans le dos! Pourquoi vouloir empiler ainsi des pierres? À quoi ça sert? À se protéger du vent? »

C’était l’explication la plus logique qui lui venait. Du vent et aussi de la pluie. Peut-être qu’à l’intérieur ce serait sec? Ce serait une bonne chose, en tous cas, ça calmerait ses douleurs! Alors qu’il arrivait en haut de la colline, cependant, son espoir fut détruit. Cette construction semblait pas mal en mauvais état, et il y avait des lianes et des plantes qui se glissaient entre les pierres, et dans les trous creusés par il-ne-savait-quoi. Il y avait fort à parier qu’à l’intérieur ce serait encore plus humide qu’à l’extérieur! Cette seule pensée lui arracha une petite grimace et, tout en s’assoyant, il se massa l’articulation de l’une de ses pattes. Il se refusa quand même à demander au solitaire de lui fournir un remède : ça leur prendrait du temps qu’ils n’investiraient pas dans l’exploration de cette étrange caverne artificielle, et puis Kuraya pouvait bien s’en passer, il l’avait toujours fait jusque-là.
© Maeya Fleur de Neige

_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 19 Déc - 16:47





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




Le loup noir aimait le sourire de son interlocuteur, un sourire vrai, franc, comme ceux des enfants en fait. Il suivit le géant, avec un peu de difficulté, ses poumons le faisaient de plus en plus souffrir ces derniers temps. Toshizo savait qu'il était condamné, mais il ne voulait pas attendre la mort à ne rien faire, il refusait de s'apitoyer sur son sort et du coup ne se soignait pas. Il préfèrait utiliser le peu de temps qu'il lui restait à aider les autres plutôt qu'à s'occupper de lui et de ses désirs.

En parlant de ça, Toshi remarqua que son vis-à-vis avait un peu de mal aussi. Le guérisseur avait l'habitude de voir quand les autres n'allaient pas, mais il ne pouvait rien si le géant ne se confiait pas à lui.

"Est-ce que tu as déjà vu un truc comme celui-là? Moi non, c’est la première fois. C’est tout fait en pierre! Et les pierres sont toutes bien droites, comme si on les avaient découpées pour être toutes identiques! Juste d’imaginer qui a pu faire ça me fait froid dans le dos! Pourquoi vouloir empiler ainsi des pierres? À quoi ça sert? À se protéger du vent ?"

Toshi sourit à nouveau.

"Je crois que j'ai déjà vu des choses qui y ressemblaient pendant mon enfance. En général, ce sont d'anciens lieux de culte pour humains."

Le loup au regard turquoise prit un air sérieux en voyant Kuraya s'asseoir. Il fronça légèrement le sourcils et s'approcha, pour s'asseoir en face de lui. Il dit d'un ton sérieux, presque paternel.

"On n'ira pas plus loin tant que tu ne me diras pas ce qui t'arrive. Je vois que tu as mal, dis moi où. Et si c'est dû à une pathologie, dis-le moi aussi, je peux peut-être t'aider."

Aider les autres, c'est ma seule raison de continuer à me battre contre ma propre maladie.



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Messages : 73
Date d'inscription : 08/02/2015
avatar
Loki-Seth
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Mar 29 Déc - 11:44

UP, c'est à toi Laeh'!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tropicae-bioaleam.forumactif.org
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Lun 4 Jan - 15:45

Kuraya

L'oiseau et le plumeau-lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Ce fut de l’étonnement surtout qui teinta son visage quand Toshi lui répondit. Un lieu de culte pour humains? C’était quoi, un humain? Une sorte de créature? En tous cas, ce loup solitaire semblait savoir beaucoup de choses! Un guérisseur qui le traitait bien, amicalement, et qui savait des choses? Un peu plus et le géant allait tomber amoureux! Sa propre blague le fit presque rire, et il eut un large sourire en se massant l’autre patte, sourire qu’il perdit quand le guérisseur s’assit en face de lui. Il avait le regard de ceux qui vont poser la question qui dérange et qui le savent. Un regard bien trop sérieux. Guérisseur et intelligent, ça ne pouvait vouloir dire qu’une chose. Aussi le loup pourpre sut-il ce qu’allait lui demander son interlocuteur avant qu’il n’ouvre la bouche, mais il attendit patiemment. Si son ami-en-devenir lui demandait ce qui n’allait pas, alors il lui répondrait. Mais le loup noir allait peut-être regretter d’avoir posé la question. Car Kuraya n’était pas stupide, lui non plus, ni aveugle.

« On n'ira pas plus loin tant que tu ne me diras pas ce qui t'arrive. Je vois que tu as mal, dis-moi où. Et si c'est dû à une pathologie, dis-le moi aussi, je peux peut-être t'aider. »

Bien qu’amical, le ton de Toshi était aussi autoritaire, mais ça c’était commun à la majorité des guérisseurs. Ils donnent des ordres pour ne pas nous donner l’option de refuser, et donc de les empêcher de travailler. S’il y avait une chose à savoir avec eux, c’est de ne surtout pas les empêcher de faire ce qu’ils savent faire le mieux, car il deviennent rapidement très casse-pieds. Le bien des autres passaient toujours avant le leur, et si Kuraya respectait cela, il avait presque envie de voir qui était le plus fort à ce jeu. Ce qu’il ne fit pas. Le solitaire avait remarqué qu’il n’allait pas, alors il le laisserait le soigner. N’avait-il pas formulé l’envie de lui demander de le faire une minute à peine plus tôt?

« D’accord, je te révèle mon problème et je te laisse me donner quelque chose pour aider, en échange que tu me dises à ton tour le tiens. Ce n’est pas normal d’avoir une respiration aussi laborieuse juste parce qu’on monte une petite pente. Je ne suis peut-être pas guérisseur et je ne peux pas te donner de quoi t’aider, de toute façon tu dois sûrement déjà t’aider toi-même, mais… si je te confie quelque chose sur moi, tu me confie une chose équivalente sur toi. À partir de maintenant, c’est comme qu’on fera toi et moi, jusqu’à ce qu’on se sépare. Voit ça un peu comme un jeu. »

Le géant eut de nouveau un sourire enfantin, et cette foi il fit un clin d’œil. Il était très sérieux, mais il ne voulait pas non plus que ça ait l’air méchant. Il avait envie d’apprendre à connaître ce loup qui deviendrait son ami. Quoi de mieux qu’un petit jeu de confiance pour le faire? Les règles étaient simples : aussitôt que l’un d’eux confiait quelque chose sur lui, que ce soit sur un coup de tête ou alors en répondant à une question de l’autre, alors l’autre devait à son tour confier quelque chose sur lui, dans le même domaine si possible. Kuraya aimait bien jouer à ce jeu avec des enfants. Bien sûr ça devenait rapidement n’importe quoi, fou rire garantie! Avec un autre adulte, ce serait sûrement plus constructif. Après avoir donné quelque secondes à Toshi pour assimiler et donner son accord, il se lança :

« J’ai mal à mes articulations. Je fais de l’arthrite par temps humide ou pluvieux. C’est dû à ma croissance trop rapide et au surplus de poids que doivent supporter mes articulations, apparemment. C’est surtout dans le bout des pattes que ça fait mal. »

Avec un enfant, il aurait ajouté « à toi, maintenant », mais il n’était pas avec un enfant et il faisait confiance à l’intelligence et la bonne foi de son interlocuteur pour ne pas tenter d’esquiver sous prétexte qu’on ne lui a pas rappelé et qu’il a oublié. Restant patient et lui donnant le temps de formuler sa réponse, le géant remua un peu la queue. En fait, il était content que le solitaire ait remarqué que quelque chose n’allait pas, car il ne se serait sûrement jamais risqué à lui demander de l’aide, pour ne pas lui donner l’impression de profiter de lui.
© Maeya Fleur de Neige


_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Mar 5 Jan - 18:13





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




"D’accord, je te révèle mon problème et je te laisse me donner quelque chose pour aider, en échange que tu me dises à ton tour le tiens. Ce n’est pas normal d’avoir une respiration aussi laborieuse juste parce qu’on monte une petite pente. Je ne suis peut-être pas guérisseur et je ne peux pas te donner de quoi t’aider, de toute façon tu dois sûrement déjà t’aider toi-même, mais… si je te confie quelque chose sur moi, tu me confie une chose équivalente sur toi. À partir de maintenant, c’est comme qu’on fera toi et moi, jusqu’à ce qu’on se sépare. Voit ça un peu comme un jeu."

Toshizo soupira, puis retrouva son sourire.

Un grand enfant.

Le loup se redressa un peu plus. Son regard était doux, tout comme son sourire. Il replia un peu ses ailes, elles commençaient déjà à le fatiguer.

"Ca me va. Je te dirai ça en te soignant."

Le loup noir attendit, sagement. Kuraya eut un nouveau sourire enfantin, ce qui attendrit un peu plus Toshi. Le clin d'oeil le fit rire légèrement, un rire cristallin. Le loup ailé aurait pu être amoureux du géant. Mais il devait être plus jeune que lui, et sûrement en meilleure santé, bien que ce dernier critère n'a jamais empêché Toshizo d'avoir des partenaires, qu'il abandonnait rapidement avant de trop s'attacher.

" J’ai mal à mes articulations. Je fais de l’arthrite par temps humide ou pluvieux. C’est dû à ma croissance trop rapide et au surplus de poids que doivent supporter mes articulations, apparemment. C’est surtout dans le bout des pattes que ça fait mal."

Toshizo hocha la tête et chercha dans sa mémoire une plante qui aidait pour ça. L'harpagophytum fonctionnais, mais poussait plus au Sud... le loup sourit en voyant un arbre derrière Kuraya.

"Attends quelques minutes."

Le loup grimpa à l'arbre avec aisance et en cueillit quelques feuilles. Il redescendit, se servant de ses ailes comme d'un parachute. Il prit aussi un morceau d'écorce, ressemblant assez à un petit bol, et y mit les feuilles. Il se tourna vers le bouleau, lui adressant un petit hochement de tête.

"Merci de me donner tes feuilles. J'en ferai bon usage."

Son "père" lui avait toujours apprit à remercier les plantes qui l'aidaient dans son travail. Le loup prit une pierre entre ses dents et commença à écraser les feuilles. Une fois fait, il mit la pierre de côté et avec sa patte fit se pencher une branche de l'arbre et sourit en voyant que l'eau de la rosée était toujours dans le creux de ces feuilles. L'eau tomba sur les feuilles écraser. Il prit l'écorce entre ses crocs et la rapporta à Kuraya.

"Prends-ça, c'est pas très bon, mais c'est efficace. Il faut juste attendre un peu."

Le loup se secoua un peu. Il était fier de lui.

"Bon, c'est à moi de te dire ce que j'ai. Je suis atteint de la tuberculose depuis ma naissance. C'est une forme non contagieuse, ne t'en fais pas. C'est juste celle qui est incurable et qui me tue à chaque seconde. Et mes ailes n'arrangent rien, aspirant ma force vitale pour perdurer."

Le loup sourit.

"Je n'ai pas peur de mourir. J'ai seulement peur de laisser les autres mourir, de les voir souffrir. Je ne reste en vie que pour aider les autres."



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Sam 9 Jan - 16:16

Kuraya

L'oiseau et le plumeau-lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Avec patience et intérêt, le grand loup pourpre regarda son petit partenaire grimper à l’arbre en se demandant si ce n’était pas risqué, mais en se ravisant en le voyant descendre en se servant de ses ailes. Il était vrai que, bien proportionné, le loup noir n’avait pas le même problème que le géant, qui était trop lourd pour que ses ailes ne puissent le porter. Il eut ensuite un sourire chaleureux quand Toshi remercia l’arbre. De le voir ainsi témoigner de son respect à la plante qui lui venait en aide, c’était beau. Par la suite, il le regarda préparer une mixture en se préparant lui-même mentalement à devoir avaler le résultat.

Dès que son ami lui dit de le prendre, il se lança, d’un coup, et lapa le liquide en grande lampées, sans faire de pause, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. En même temps, il écoutait attentivement ce que lui disait le guérisseur. La tuberculose? Il n’avait aucune idée de ce que c’était, mais ce devait affecter les poumons. Il était triste de savoir que ça ne pouvait pas être guérit, mais comme le solitaire ne s’apitoyait pas sur son sort, alors ça ne lui servait à rien de le faire. Il laissa cependant la dernière phrase de son interlocuteur le toucher droit au cœur et, ayant terminé la mixture qu’il n’avait même pas eu le temps de goûter, il se lécha les babines pour en chasser autant que possible avant de s’approcher et de lécher tendrement la joue du loup ailé.

« Je ne comprends que trop bien ce raisonnement… J’ai moi aussi tendance à penser beaucoup plus aux autres que je ne pense à moi-même. Mais du coup, si tu ne veux pas laisser tomber les autres, tu dois tout faire pour vivre le plus longtemps possible! Parce que si tu te laisses mourir, c’est l’équivalent de les laisser tomber, parce que tu pouvais l’éviter et tu ne l’as pas fait! »

Sachant que les paroles qu’il venait de prononcer étaient très dures, il lui fit de nouveau un clin d’œil et un sourire. Son ton n’avait pas été accusateur non plus, et il ne voulait surtout pas mettre en colère son ami. Il avait donc essayé de faire passer ses dires comme étant en partie une blague, malgré qu’il soit aussi en partie sérieux. De toute façon, Toshi prenait déjà soin de lui-même, n’est-ce pas?

Plutôt décidé à ne pas laisser la conversation se développer sur un sujet déprimant, le géant fit jouer un peu les articulations de ses pattes et fit une petite grimace. Il savait bien que l’effet ne serait pas instantané, mais il avait voulu vérifier, au cas où. Il lança quand même :

« Bon, on y va, dans ce lieu de culte pour créatures bizarres? Je me demande ce qu’ils vénéraient. Peut-être les loups! »

Sans crier garde, il éclata de rire, d’un rire profond, sonore, mais de bon cœur. L’idée était tellement absurde qu’il n’avait pas pu résister. C’est en remuant la queue et toujours en rigolant, tentant de se calmer, qu’il s’avança vers l’un des trous dans la structure de pierre, donnant un petit coup joueur de son aile sur la tête de Toshi en passant.
© Maeya Fleur de Neige


_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Mar 12 Jan - 16:57





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




Toshizo fut surpris quand Kuraya lui donna un coup de langue... ce genre d'attention, de la part d'un adulte... seuls ses partenaires le faisaient, et encore. Le loup noir ne montra rien de sa gêne.

"Je ne comprends que trop bien ce raisonnement… J’ai moi aussi tendance à penser beaucoup plus aux autres que je ne pense à moi-même. Mais du coup, si tu ne veux pas laisser tomber les autres, tu dois tout faire pour vivre le plus longtemps possible! Parce que si tu te laisses mourir, c’est l’équivalent de les laisser tomber, parce que tu pouvais l’éviter et tu ne l’as pas fait!"

Le guérisseur ne se vexa pas, son dernier compagnon lu avait fait la même réflexion. Et le sourire ainsi que le clin d'oeil du géant lui firent comprendre que c'était pour son bien. Le loup ailé sourit.

"Malheureusement, je ne peux rien faire pour vivre plus longtemps. Je soigne tant que je le peux encore, mais je sais qu'un jour je serai incapable de me déplacer car mes poumons ne le supporteront pas. Et ce jour là marquera le début de ma mort. Mon coeur s'arrêtera quelques jours après. C'est comme ça que ça se passe."

Le sourire de Toshi était doux, mais triste.

"Sauver un maximum de créatures, quelles qu'elles soient avant de quitter ce monde, c'est mon objectif. Après, je m'en irai rejoindre la seule personne qui m'ait réellement donné de l'amour dans ma vie."

Le loup noir eut un regard dur en voyant Kuraya tester ses articulations.

Il va se faire plus mal qu'autre chose cet idiot.

Réflexion confirmée par la grimace que fit le géant. Avec un sourire, Toshizo leva les yeux au ciel.

"Bon, on y va, dans ce lieu de culte pour créatures bizarres? Je me demande ce qu’ils vénéraient. Peut-être les loups!"

Le guérisseur sourit face au rire du géant.

"Certains oui, d'autres non. Ici, j'opterai plus pour le culte des serpents."

Les loups se levèrent pour aller devant un des trous. Toshi lança un regard rieur à Kuraya dans il lui donna un coup d'aile sur la tête. Avant de pénétrer dans le lieu, Toshi fit de même quand le géant baissa sa garde, mais ne pu lui donner un petit coup gentil que sur son épaule.

Toshizo entra ensuite, sûrement avec son nouveau compagnon sur ses talons.



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Messages : 63
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Localisation : Clan du Sud / Meute du Centre
avatar
Laehvärr
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Jeu 4 Fév - 19:02

Kuraya

L'oiseau et le plumeau-lanterne

Kuraya et Hijikata Toshizo



Ce loup en savait décidément beaucoup. Vénérer des serpents… cette seule idée rendait encore plus étranges ces créatures que Toshi semblait bien connaitre. Comment cela? Avait-il grandi parmi elles? Cela expliquerait qu’il en sache autant. Le géant se ferait un devoir de le lui demander, mais seulement plus tard. Pour l’instant, son attention se portait sur les ruines, ou plutôt sur leur entrée. Il ne semblait pas y faire sombre, et Kuraya en fut reconnaissant. Il ne ressentait pas vraiment l’envie de briller dans le noir, en ce moment, et préférait donc éviter autant que possible les lieux que la lumière fuyait. Par chance, le toit écroulé invitait cette dernière à vagabonder librement, rendant de ce fait inutile la petite particularité spéciale de la lanterne sur pattes. Celle-ci, surprise, fit un pas de côté quand une aile douce s’abattit presque tendrement sur son épaule. Trop concentré sur l’analyse des ruines, le gardien des enfants en avait négligé de rester sur ses gardes. Quelle ironie, n’est-ce pas? Ladite ironie, plus que le coup vengeur, lui tira un autre rire cristallin.

Pendant une ou deux secondes, son regard revêtit une lueur affectueuse, qui se perdit d’abord sur la nuque du canidé ailé. Puis, à mesure que ce dernier avançait, les yeux glissèrent sur les épaules, la base des ailes, aux omoplates, le dos, les hanches et, enfin… les fesses… Le grand loup s’ébroua comme si une décharge électrique l’avait frappé, et ses oreilles se déplacèrent imperceptiblement vers le bas et l’arrière, révélant, l’espace d’un instant, l’embarras qui s’était emparé de lui. Il n’avait pas volontairement porté le regard à cet endroit, et il se réjouissait que son ami n’ait pas regardé par-dessus son épaule pour surprendre les yeux baladeurs du géant. D’ailleurs, pour que l’idée ne lui vienne pas, pensant que son compagnon d’exploration, encore immobile à l’entrée, avait un problème, le grand voyeur involontaire se mit en route, ordonnant à ses pattes de se mouvoir vers l’avant, et évitant, plus que tout, de laisser sa vue vagabonder de nouveau sur le corps du plus petit lupin. De plus, pour éviter qu’un silence gênant n’attise la curiosité de Toshi, Kuraya lança un sujet de conversation.

« Toi qui t’y connais en créatures bizarres que tu appelles « humains », dis-moi : que trouverons-nous en ce lieu de culte dédié aux serpents? Et pourquoi penses-tu qu’ils les vénéraient? Les serpents sont des êtres dangereux, empoisonnés souvent, qui avalent leur proie entière et la digèrent lentement. C’est une façon bien cruelle de mourir. »

Si sa grande taille lui fournissait un avantage, c’était bien de ne pas avoir à craindre une telle fin. Aucun serpent en ce monde n’était assez gros pour avaler un loup souffrant de gigantisme. Les louveteaux ne pouvaient cependant pas se vanter d’un tel exploit, et nombre d’entre eux craignaient qu’un serpent ne vienne les avaler pendant leur sommeil. En pleine jungle, cela pouvait arriver, mais les nourrices et leur garde du corps attitré veillaient bien sur ces petites boules d’amour et d’énergie. Pour le moment, en attendant la réponse de son interlocuteur, le grand mâle laissa son regard fureter sur les ruines, qui ressemblaient à des murs de grottes minces et écroulés. Dessus, plusieurs créatures apparaissaient comme gravées par les souvenirs du temps et révélées aux passants. Malheureusement, rien de ce qu’il percevait ne lui donnait d’information qu’il parvienne à déchiffrer.
© Maeya Fleur de Neige


_________________
« Le monde change, immuable et pourtant en constante évolution. Les êtres, eux, ne changent jamais, modifiable et pourtant toujours en train d'évoluer eux aussi. » -Laehvärr


« Rien ne vaut la magie du rire d'un louveteau, ou la beauté féérique de ce dernier endormi contre ton flanc. » -Kuraya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part...
avatar
Hijikata Toshizo
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   Lun 22 Fév - 18:30





° L'oiseau et le plumeau-lanterne [PV Kuraya] °
* Hijikata Tohizo *




Je souris en l’entendant rire, un rire cristallin, un rire magnifique. J’ouvrais la marche, admirant les ruines. Cela me rappelait mon père. Je n’avais jamais eu besoin d’apprendre le langage des humains pour le comprendre. Rien qu’en le regardant, je comprenais chacune de ses paroles, et chaque chose qu’il voulait m’apprendre. Père… êtes-vous heureux là où vous vous trouvez ? Je souris à cette pensée. J’allais bientôt le rejoindre après tout. Ma tuberculose était incurable, et elle me rongeait, petit à petit. Mes ailes aussi aspiraient ma force vitale à chaque seconde qui passait. Je n’avais pas peur de quitter ce monde, j’avais seulement peur de se qui se passera après. Personne ne se souviendra de moi, et beaucoup de créatures allaient mourir… je ne pourrai plus aider personne, et cela m’effrayait. Je secouais la tête, chassant ces pensées néfastes de mon esprit.

« Toi qui t’y connais en créatures bizarres que tu appelles « humains », dis-moi : que trouverons-nous en ce lieu de culte dédié aux serpents? Et pourquoi penses-tu qu’ils les vénéraient? Les serpents sont des êtres dangereux, empoisonnés souvent, qui avalent leur proie entière et la digèrent lentement. C’est une façon bien cruelle de mourir. »

Je souris. Tant d’innocence, c’était mignon.

« Nous pourrons trouver des gravures, des sculptures, et des offrandes. Peut-être des squelettes, certains humains faisaient des sacrifices pour apaiser la colère de leurs dieux. Quant à leurs raisons de vénérer les serpents, je n’en sais pas plus que toi. Certains vénéraient les serpents, d’autres les félins, d’autres des canidés. Chacun ont des croyances différentes. Et puis, un serpent est un animal comme un autre, il tue pour survivre. Et le poison de certains peut sauver des vies. Vas-tu blâmer un loup de ta meute d’avoir tué un élan parce qu’il voulait nourrir le groupe ? Le serpent est pareil, sauf que lui n’a pas la chance d’avoir des crocs lui permettant de tuer de manière rapide. »

Je regardais les ruines et m’arrêtais devant une gravure, représentant un humain en train de prélever le venin d’un serpent. Je désignais le dessin à Kuraya.

« Regarde ce que je disais. Cette gravure représente un humain qui prend le venin d’un serpent pour le donner à un malade. Il faut savoir que ce qui peut tuer, bien dosé peut sauver, tout comme ce qui peut sauver, à trop forte dose peut tuer. »

Je me souvenais avoir vu mon père faire de même pour sauver un chien errant qui avait été mordu pour avoir un peu trop joué avec le feu. Mon père l’avait sauvé en un temps record. Il me manquait, énormément. Depuis qu’il n’était plus, j’étais seul. Et la solitude, au bout d’un moment, ça pèse.



Pensées Toshi ; Paroles Toshi ; Paroles autres personnages ; Paroles PNJs ; Narration :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angelanddaemonrequie.forumactif.org/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'oiseau et le plumeau-lanterne [Kuraya et Toshizo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tracé a vol d'oiseau
» utilisation "vol d'oiseau"
» Bébé oiseau-mouche ♥♥♥
» Vol d'oiseau
» L'itinéraire à vol d'oiseau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tropicae Bioaleam :: Partie Jeu de rôle :: Terre Centrale :: La jungle :: L'ancien temple-